. .

 | 
 

  ( la drogue )

   
pdro
.
.
avatar


: 407
() :
/ :
:
: 10/06/2008

: ( la drogue )    23 2008, 19:23




tabac et drogue





Remarque prliminaire: Tabac et drogues sont deux problmes auxquels sont confronts les adolescents. Quentin Roullier alerte rgulirement les parents ce sujet et il interdit strictement de fumer dans les locaux du dpartement Danse. L'usage de drogue est passible du conseil de discipline et de la radiation du Conservatoire. Le document suivant a t rdig par Monsieur Campion qui connat parfaitement ce sujet.
TABAC & DROGUE :
Il ny a pas de feu sans fume!
Le problme de la drogue est, aujourdhui puis quhier, un phnomne de socit qui devient de plus en plus aigu et sensible. Les jeunes sont la cible principale de ce flau et la population la plus vulnrable.
La drogue est considre comme tant une substance toxique pour lorganisme et a pour effet de crer un vritable tat de dpendance. De nombreux types de drogues existent (dures, lgres I lgales, illgales). Les drogues sont dites "lgales" quand elles sont vendues dans le commerce, elles sont acceptes par la socit, pourtant, chaque anne, elles font de nombreux morts. Les plus communment admises et connues sont le TABAC et lALCOOL qui consomms rgulirement et/ou haute dose constituent de vritables drogues dangereuses. Lorsque le mot drogue est prononc nous pensons pourtant au HASCHICH et lhrone. Dans ce cas prsent nous avons une drogue dite "illgale".
Rappelons que lhabitude dabsorber des doses croissantes de substances toxiques ou de stupfiants sappelle la toxicomanie.
TABAC ET TABAGISME
Le tabac est un produit nocif pour la sant, il agit sur lorganisme. Il contient principalement de la nicotine qui est une substance excitante, des goudrons action cancrigne et de loxyde de carbone. Le taux de goudron et de nicotine est variable suivant les tabacs et le filtre de la cigarette ne retient que 10 15 % des produits nocifs contenus dans la fume. Le tabagisme est lhabitude qui consiste fumer, en ayant tendance augmenter les doses. Le nombre de fumeurs crot rgulirement depuis la 2me guerre mondiale. Actuellement on fume de plus en plus et de plus en plus jeune. Le nombre de fumeurs adultes est en lgre diminution par contre le nombre de fumeurs de moins de 20 ans est en forte progression (notamment chez les femmes). Le tabac est lorigine de nombreuses maladies dont le cancer en est la triste illustration. Et si en parallle les progrs de la mdecine permettent de rduire le taux de mortalit de certains cancers il nen demeure pas moins que celui du cancer du poumon stagne voire mme augmente.
Les symptmes du tabagisme sont nombreux et notamment nous pouvons signaler ceux relatifs lappareil respiratoire, au niveau des bronches et des alvoles pulmonaires un sujet fumeur en ressentira les effets sur son systme nerveux par des maux de tte, des troubles de la mmoire, nervosit, tremblements et accoutumance la nicotine, puis au niveau des sens par une altration des gots et de lodorat, ensuite sur lappareil locomoteur avec un lger ralentissement de la croissance, sur lappareil respiratoire par un essoufflement et de la toux, de la bronchite chronique et les cancers du larynx, pharynx, des bronches et des poumons, sur lappareil circulatoire par une acclration du rythme cardiaque, des palpitations, de lhypertension et linfarctus du myocarde, sur lappareil digestif, par le jaunissement des dents, lulcre de lestomac et le cancer de lsophage, sur lappareil urinaire par le cancer de la vessie.
Chaque anne 3,5 millions de dcs dans le monde sont imputables au tabac, en France 54 000 dcs sont causs tous les ans par le tabac.
TABAC + PILULE = DANGER
Une fumeuse a quatre fois plus de risques davoir un infarctus quune non fumeuse, ces risques passent quinze si la fumeuse est sous pilule.
Lesprance de vie du fumeur diminue en fonction du nombre de cigarettes fumes. Il faut aussi savoir que les non fumeurs mis en prsence de fumeurs peuvent prsenter au bout de quelques annes les mmes symptmes.
LA DROGUE
Pourquoi la drogue? Question gnralement pose aujourdhui. Pour bien comprendre ce phnomne et le processus qui se passe au niveau du cerveau humain, nous classifierons les drogues en trois groupes:
- les PERTURBATEURS HALLUCINOGENES,
- les DEPRESSEURS DU SYSTEME NERVEUX,
- les STIMULANTS DU SYSTEME NERVEUX.
En ce qui concerne les perturbateurs hallucinognes nous parlerons essentiellement du CALNABIS, Il se prsente sous diverses formes de fleurs ou plantes sches (MARIJUANA ou HERBE), rsine de fleurs (HASCHICH) ainsi que le LSD.
Il est souvent dit que ce fameux cannabis est une drogue douce. Il faut cependant savoir que la substance toxicomanogne du cannabis est le T.H.C. ou tetrahydrocannabinol. Leffet du cannabis sur lorganisme sera leuphorie et des troubles de la perception visuelle et auditive. Pris en quantit il entranera de vritables crises de dsocialisation, cest dire lenvie de ne plus rien faire. La seule ide quaura le toxicomane sera de prendre n "dop" et de la reprendre. Les personnes qui pensent que le cannabis est une drogue douce se trompent lourdement. En effet, lors dune confrence Willington, les mdecins ont constat que des personnes ayant arrt la prise de ce produit depuis 5 annes, avaient des troubles du comportement et pouvaient tre dangereuses. Le cannabis est devenu une mode, on le trouve presque partout en vente libre dans tous les lieux publics. Mais sachez que cest un produit dangereux.
Le jeune qui fume son "joint" na pas lexplication ni la terminologie de ce mot. Le mot "joint" est le tube rducteur, morceau de carton qui est mis en bout de la cigarette et rduira la temprature de combustion. Le joint se trouvera facilement dans la poche d'un adolescent sous forme de ticket de mtro roul ou d'un petit morceau de carton. Cest un moyen de dpistage. Il fut savoir que des traces de T.H.C. peuvent galement tre trouves 45 jours aprs la prise, dans les urines et dans le sang. Au XlXme sicle Baudelaire avait remarqu la nocivit de ce produit et nhsitait pas crire "sil existait un gouvernement qui eut corrompre ses gouverns, il naurait qu encourager lusage du HASCHICH". Si son poque ce produit tait nocif; il lest toujours en 1994.
Autre produit de la mme famille : le LSD 25. Pourquoi 25 ? Car il sagit de la 25me transformation. Ce produit a beaucoup fait parler de lui dans les annes 1960, Bob Dylan avait pris sa premire dose dans un taxi avec les Beatles. Ils avaient trouv ce produit comme leur permettant de pouvoir "planer" et ils ont fait un voyage Katmandou o ils ont mlang cannabis et LSD. Ils ont ensuite ramen ces produits toxiques en Europe, qui ont accompagn le phnomne Beatniks et Hippies.
Dans la mme catgorie de produit nous trouvons galement la PHENSICLIDINE que lon appelle lgamment pilule de la paix. Dcouverte amricaine dans les annes 1960, initialement destin aux animaux. Si ce produit "psychotrope" est mal absorb ou en prise trop importante, il peut entraner sur un sujet, un excs de violence souvent incontrl envers soi-mme ou autrui.
Dans le deuxime groupe, nous avons les dpresseurs du systme nerveux central o nous trouvons la chane des opiacs (OPIUM, MORPHINE, HEROINE). Les effets de ces drogues peuvent donner un sentiment de plaisir et deuphorie, de somnolence, la perte dapptit, l'amaigrissement , la mort par prise de drogue trop forte (overdose). Les effets secondaires pourront tre limpuissance chez les hronomanes, les infections dues aux injections rptes (hpatite virale, abcs, septicmie, SIDA etc...).
Cest partir du pavot que lopium pourra tre obtenu, et de lopium que lon pourra faire la morphine, puis de la morphine drivera lhrone. Cest un chercheur allemand Dreyer qui en 1898 a trouv un produit merveilleux, extraordinaire, hroque do son nom hrone. Utilis en mdecine, cest en 1910 que lon sest aperu quil y avait dj 300 000 toxicomanes dpendants. Les mdecins ont constat que ce produit ntait pas seulement une drogue mais un vritable poison.

Avec L'HEROINE le toxicomane ressent deux impressions. La premire "LE FLASH", immdiatement le toxicomane a une impression de chaleur qui lui monte la tte, lintense impression de jouissance. Plaisir puissant et immdiat qui durera environ un quart dheure et qui diminuera. Phnomne de dpendance. Etat second qui permet au toxicomane dvacuer toutes ses contraintes. Lhrone est un produit trs dangereux car la dpendance et la tolrance arrivent trs vite et en quelques prises seulement on va devenir tout fait dpendant et donc toxicomane.
Toxicomane Toxique et Manie. On voit travers la drogue la galre du toxicomane pour articuler sa vie entre le besoin et le manque. Besoin dinjection puis rapidement aprs un norme manque que lon appelle le manque de la dpendance psychique et physique. Un toxicomane en tat de dpendance physique aura mal dans tout son corps. Le fait de tirer un drap sur son corps nu va le faire hurler de douleur.
Dans le troisime groupe, parmi les stimulants du systme nerveux central, nous trouvons la COCAINE. Ce produit est obtenu partir des feuilles de coca. Ses effets sont la stimulation du systme nerveux, leuphorie, les hallucinations, lamaigrissement par perte dapptit et la mort par overdose. En employant ce produit, le toxicomane fera stimuler ses facults intellectuelles, reculer presque sans limite la faim, la fatigue. Il va se sentir plus fort, plus performant, il se passera de dormir, de manger. Grande illusion car dans toutes ses drogues il y a le revers de la mdaille et le toxicomane va devenir irascible, se mettra facilement en colre et sombrera sil arrte le produit dans la dpression nerveuse.
Dans cette gamme de produits dangereux nous trouvons le CRACK qui est une cocane base durcie, puis les AMPHETAMINES, le MDA et le MDMA, le fameux extasy est un aphrodisiaque.
En conclusion LA DROGUE sous toutes ses formes est proscrire radicalement, de toute vidence elle dtruit ltre humain tant sur le plan physique que psychique.
Le tabac est une drogue
En 1988, le dpartement amricain de la Sant a dfini l'usage du tabac comme une addiction dpendante de la nicotine. Les processus de cette dpendance sont identiques ceux observs pour une drogue habituelle, comme la cocane ou l'hrone.
La confrence de consensus de 1998 prcise cette dpendance la drogue tabac.

"Le tabagisme peut tre dfini comme un comportement renforc par une dpendance pharmacologique dont la nicotine est responsable. Si l'entre dans le tabagisme est la consquence de pressions sociologiques et culturelles, sa persistance est favorise par le dveloppement d'une double dpendance "
pharmacologique : la dpendance au tabac est authentifie par l'apparition d'une tolrance et des symptmes de sevrage ;
non pharmacologique : le fumeur continue de fumer malgr le risque reconnu de sa pratique et une pression sociale et environnementale ngative.
Ces deux dpendances peuvent ou non coexister chez un mme sujet, voire tre absentes chez certains.
Le plaisir de fumer est li la dpendance nicotinique : quelques dizaines de minutes aprs avoir fum, la concentration de nicotine dans le sang a dj beaucoup diminu, et des troubles causs par le manque de nicotine apparaissent, comme le besoin urgent de fumer, l'anxit, l'irritabilit, l'impatience, etc.
Ces troubles disparaissent ds que l'on fume, ce qui explique le sentiment de plaisir et de soulagement que l'on prouve fumer.
Les non-fumeurs n'prouvent aucun plaisir fumer.
Chez les ex-fumeurs, le cycle nicotine - manque - plaisir est interrompu.
Enfin, les troubles causs par le manque de nicotine sont attnus par l'usage de substituts nicotiniques (patch, gomme, inhalateur, spray nasal).
Le schma suivant, emprunt Tabac-Net.(site dj cit dans la page appelante) explique cette dpendance au tabac.

Il existe plusieurs tests (ou questionnaires) pour estimer la dpendance des sujets vis vis du tabac.
Certains sont simples d'utilisation (cf. plus loin l'utilisation pour le sevrage tabagique), d'autres plus analytiques. Ainsi, le Centre de Genve (cf. site mentionn dans la page appelante) cherche tester :
l'heure de la premire cigarette et l'importance du tabagisme,
l'anxit manquer de cigarettes et les dmarches entreprises pour se fournir en cette drogue,
les modalits d'achat (en paquet ou en cartouche),
le passage ou non une autre marque de tabac,
la difficult ne pas fumer dans les lieux d'interdiction formelle et la ncessit de quitter une salle au cours d'une longue runion,
les circonstances du tabagisme (anxit, effort particulier, poursuite en cas de maladie intercurrente ou pour viter de manquer de cigarette),
le tabagisme systmatique de socit (dbut, milieu ou fin de repas, caf, rencontre amicale, dancing...),
les symptmes observs en cas de manque (irritation, agitation, absence de concentration, tremblements...),
la crainte devant l'effort d'arrter le tabagisme.
Il est clair que tous ces questionnaires montrent le caractre dpendant du

_________________
    
    http://moh20.3arabiyate.net
ron94


avatar


: 137
() :
: 27/09/2008

: : ( la drogue )    28 2008, 22:52

    
    http://almounircom.yoo7.com
 
( la drogue )
    
1 1

:
 ::   ::  -